Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Joffrin Immobilier, Agence immobilière PARIS 75018

L'actualité de CENTURY 21 Joffrin Immobilier

Histoire de la rue du Poteau - Paris 18e

Publiée le 21/10/2015

Longue de 750m, la rue du Poteau traverse deux quartiers administratifs du 18e arrondissement. Elle commence au croisement des rues Ordener et du Mont Cenis pour se finir aux portes de Paris, au n° 87 du boulevard Ney. Ancienne voie de la commune de Montmartre, elle fut réunie en 1868 à une partie de la rue des Portes Blanches et était autrefois connue sous le nom du chemin dit de la Croix Moreau, et doit sa dénomination actuelle à un lieudit montmartrois réputé pour son poteau de justice. 

Cloué au pilori.
Le poteau de justice, popularisé sous l’appellation pilori, était un pilier généralement doté d’un carcan auquel on attachait les condamnés afin de les exposer à la vindicte de la foule. Une exposition publique humiliante qui pouvait s’accompagner de peines bien plus violentes puisque, à ces piloris, on y pendait également les condamnés à mort. En l’occurrence, le fameux poteau qui a donné son nom à cette rue du 18e arrondissement, se dressait sur la route de Saint-Ouen, aux portes de Paris, mais on ignore de quel seigneur il dépendait.

Entre jardin et plâtrière.
La rue du Poteau s’étend sur deux des quatre quartiers administratifs du 18e arrondissement. Clignancourt qui tiendrait son nom d’un jardin (curtis, en latin) appartenant à un dénommé Cleninus et Grandes Carrières, un lieu qui servit d’approvisionnement en plâtre pour la capitale, notamment aux XVIIIe et XIXe siècle. La réhabilitation de Paris par le baron Haussmann fut le paroxysme de leur exploitation qui s’acheva à la fin du siècle, obligeant à combler les innombrables galeries qui parsemaient la butte Montmartre au point de menacer d’éboulement les immeubles du crû.

Notre actualité